Genèse d’une envie…

Ce texte est le premier du genre que j’ai écrit. Il date de juin 2013. C’est celui qui m’a donné envie d’avoir un blog où retranscrire fantasmes et expériences. Il me semblait donc tout naturel qu’il soit le premier que je publie ici.

 

Cette photo…Depuis que je l’ai vu elle m’obsède…Elle a réveillé en moi des envies que j’ignorais avoir…

DSCF0174

Sucer une jolie queue avec toi mon très cher C…Celle de A… Bouche contre bouche…Souffle contre souffle… Langue contre langue…

Puis tu t’assoies et tu te caresses pendant qu’on assure le reste du spectacle pour toi…

Je m’assois sur les genoux, les jambes écartées… je n’ai pas le droit de bouger. A promène sa langue sur mon clito, puis dans ma chatte pour en recueillir le jus…Il le garde en bouche et va jusqu’à toi pour t’embrasser lentement, profondément jusqu’à ce que toute ma cyprine soit dans ta bouche puis revient vers moi… Il me met les mains dans le dos et les attache avec un ruban… il prend ensuite un gode qu’il suce pour l’humidifier… caresse mon bouton déjà durcit avec, l’enfonce lentement dans ma chatte, le plus profondément possible… puis active la vibration et le laisse inséré en moi.

Toi mon C, tu ne nous quittes pas des yeux… Maintenant A caresse mon visage avec sa queue déjà bien tendue par notre bouche à bouche de tout à l’heure… Il joue avec ma bouche, titille mes lèvres, fui la langue que je tends pour finalement me laisser y goûter… doucement d’abord, par à-coups de langue, sur toute la longueur de la verge, sur les couilles, sur le gland… quand je le sens frémir, je l’engloutie toute entière… je la fais aller et venir au rythme de tes soupirs mon C…Je prends mon temps. Je l’enroule autour de ma langue, je l’aspire… je sens A devenir énorme et dur dans ma bouche. Il pose les mains sur ma tête pour imposer son rythme… je sens son excitation monter… la mienne aussi. Je peux sentir que je coule sur mes cuisses…

Il arrête les va et vient et se retire de ma bouche. Le gode vibre toujours en moi. Il prend un peu de ma mouille sur ses doigts, se dirige vers toi et te fait tout lécher. Quand il ne reste plus rien, il t’embrasse, aspire ta langue et te laisse haletant pour revenir vers moi. Il retire le gode de ma chatte. Celui ci est si mouillé et moi si excitée qu’il n’a aucun mal à l’insérer entre mes fesses. Il le fait aller et venir, il joue avec dans mon cul, s’amuse de me voir à la fois excitée et frustrée de ne pouvoir me servir de mes mains. Il l’enfonce bien puis me soulève légèrement pour m’empaler sur sa queue. Je ne sais pas si c’est à cause de la position dans laquelle je suis, ou si c’est à cause de la taille énorme que le désir à donner au pénis de A, mais je peux à peine bouger…

C’est lui qui donne la cadence. Des mouvements longs, profonds, lents… il n’est pas pressé. Il me soulève et me fait redescendre à sa guise… De la pointe de son gland à l’autre extrémité de sa verge… il continue ainsi durant de longues minutes… j’ai le souffle court quand il se décide enfin à se retirer. Il laisse le gode entre mes fesses. Je sens qu’il n’en a pas fini avec moi… Mais pour l’instant il me laisse reprendre mon souffle et se dirige vers toi mon C. Il attrape ta tête et fourre sa queue dans ta bouche. Tu as compris ce qu’il veut et tu t’exécutes: tu dois effacer toute trace de moi… tu le suces et le lèches méthodiquement…Quand il ne reste plus rien, A revient vers moi.

C’est à mon tour de gober sa bite mais cette fois je n’ai pas le choix du rythme. Une main sur sa queue et une autre sur ma tête, il dicte l’intensité… Je ne pensais pas qu’il pouvait être encore plus gros et dur et pourtant… plus son excitation monte, plus sa main se crispe sur ma tête… je le sens soudain tressaillir puis exploser. Son jus jaillit dans ma bouche mais je ne peux aller nulle part. Il maintient sa queue fermement enfoncée dans ma bouche. Quand ses soubresauts commencent à se calmer, il fait à nouveau aller et venir sa verge dans ma bouche remplie de son sperme encore brûlant. Je sens le surplus de son jus s’échapper par les coins de ma bouche et couler sur mon menton…puis mes seins… je ne veux pas l’avaler et il le sait. Il se retire de ma bouche et se penche pour m’embrasser goulument. Nos langues et nos fluides se mélangent… je sens un frisson entre mes cuisses: mon excitation n’est pas retombée.

Quand A. a fini de me nettoyer la bouche avec la sienne, il me retire le gode qui était toujours dans mes fesses… Il défait le lien qui me retenait les bras, m’allonge sur le dos et écarte mes cuisses. Il te fait signe d’approcher. Il commence par lécher la cyprine dans l’intérieur de ma cuisse et remonte vers mon pubis. Tu l’imites… soudain vous êtes tous deux sur mon bas ventre, vos langues me caressent et me fouillent. Je suis incapable de les dissocier. Je ne veux pas… je garde les yeux fermés. Je veux juste sentir… quand je les rouvre, A. assis près de moi et me caresse le visage et les cheveux pendant que tu m’embrasses. Puis tu te glisses en moi. Tu me prends doucement. Comme lui plus tôt… je ne sais pas combien de temps nous restons ainsi… ta queue prend toute la place. Et elle tellement large et dur que lorsque que tu te retires un peu trop j’ai peur que tu ne puisses pas entrer à nouveau… et pourtant tu reviens toujours… bien au fond de moi… Encore… Et encore… Et encore..

Je sens que tu te retiens… je m’agrippe à toi… je ne veux pas que ça s’arrête… tu te retiens… encore… encore… encore… jusqu’au moment où je te sens te contracter, tu pousses un râle pendant que la chaleur de ton sperme envahie ma chatte…

A, assis près de nous n’en perd pas une miette. Il caresse tour à tour ta tête puis la mienne… je ne veux pas que tu sortes de moi… Toujours encastré en moi tu nous retournes pour que nous soyons sur le côté et face à face. Je promène ma main sur ton dos, tes fesses, tes cuisses… tu fais signe à A de nous rejoindre. Il se penche vers ta bouche, t’embrasse. Il se tourne vers la mienne et l’embrasse également. Puis il se glisse derrière moi et nous nous endormons ainsi…

A mon réveil, je suis allongée nue sur le sol. Seule. Toute trace de vous a disparue… Si je n’avais pas vos goûts dans ma bouche et vos odeurs sur ma peau, je pourrais aisément croire que j’ai rêvé…

2 réflexions sur “Genèse d’une envie…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s